Sélectionner une page

C’est Sébastien et bienvenue pour ce nouvel exercice qui fait suite aux autres exercices que je t’ai donnés en début de semaine et qui concernent la thématique du renforcement mental.

Ces exercices sont extraits de mon programme de formation « Renforcement mental en 21 jours« .

Comment fabriquer un médicament mental en cinq minutes, en utilisant le système émotionnel.

Je pense que tu as déjà écouté de la musique dans ta vie et tu sais que la musique adoucit les mœurs : la musique, en fonction de qui la chante, du style musical, de si tu l’apprécies ou pas, peut te relaxer, te détendre, ou même t’énerver.

C’est vraiment très personnel, individuel, en fonction de chacun, ce qui montre quand même que la musique permet de fabriquer de la chimie. Tu sais, le corps physique c’est juste de la chimie : ce sont des réactions chimiques qui se passent dans ton corps avec des glandes et des messagers.

Ces réactions chimiques permettent soit de s’énerver soit de s’apaiser. Donc nous, ce que l’on veut aujourd’hui, c’est utiliser la chimie de ton corps pour permettre cet apaisement, ce flush mental et émotionnel par ton corps.

De nombreuses personnes font beaucoup de sport, j’en faisais partie et je faisais beaucoup de sport par le passé, pour calmer principalement le système émotionnel. Quand j’étais plus jeune, une de mes problématiques était la colère : j’avais beaucoup de colère en moi et j’avais trouvé comme moyen d’aller vivre ma colère dans mon sport, et surtout les sports de force.

Pour ma part, c’était plutôt là où j’étais doué donc j’utilisais vraiment ce moyen. Finalement, ce que je recherchais derrière c’était le shoot hormonal comme tous ceux qui pratiquent du sport.

Ce que l’on cherche, c’est que l’on va simuler ce shoot d’endorphines sans forcément devoir faire une heure de sport, sans forcément devoir courir pendant une heure.

De plus, si tu es déjà dans une vague d’épuisement, le sport va encore plus t’épuiser. Donc l’idée, c’est d’épuiser le peu de ressources que tu as encore aujourd’hui.

Alors aujourd’hui je vais te donner deux exercices plutôt qu’un seul, le même exercice mais adapté à deux situations données. On va traiter la colère et la tristesse : ce sont souvent les deux émotions de base qui nous affectent.

On va pratiquer un exercice qui va te permettre de libérer la colère et de libérer la tristesse.

Transformer la colère en paix

Si tu ressens de la colère, toute l’énergie est disponible pour en découdre, on l’utilise pour s’exciter sur une personne ou pour casser des objets et tout ce que la colère parfois nous faire faire. Il suffit de lire les faits divers, « il a tué son voisin avec un couteau ». Ok, on va peut être se calmer : on ne va peut-être pas en arriver là, et évacuer cette colère afin de revenir à une situation un peu plus calme.

On va utiliser le corps pour canaliser cette intensité de colère : c’est une énergie qui est très dense et très explosive. Tu vois, quand j’avais beaucoup de colère, j’étais très explosif et pour les sports de force il faut être très explosif donc ça m’allait parfaitement. Malheureusement, au bout d’un moment, je me suis épuisé à force de faire cela tous les jours dans cette énergie. J’allais à la salle et je poussais des poids vraiment à fond. C’était juste pour me défouler, juste parce qu’il fallait que ça sorte. C’est pareil pour les boxeurs, ils ont plein d’énervement en eux et du coup ils le sortent en boxant.

Tout ça c’est bien au début quand t’as encore de l’énergie et à mesure des années, si tu marches avec la colère, tu finis en crash. Le pire, c’est que derrière, en profondeur, tu n’as rien changé : tu as juste évacué ce qui te faisais péter les plombs mais le schéma de colère est toujours là et cela se répète encore et encore.

Pour transformer un schéma qui se répète, ça c’est dans le programme de formation : Renforcement mental en 21 jours.

Donc aujourd’hui, exercice de libération de la colère. Tu vas imaginer, ou tu le fais vraiment : tu prends une feuille de papier et tu l’imagines devant toi. Cette feuille de papier tu la visualises comme si tu écrivais dessus. Tu écris les choses qui font que tu te sens énervé. Tu peux prendre une vraie feuille de papier où tu écris les choses qui t’énervent. Au début je prenais une feuille de papier mais maintenant je peux aussi imaginer une feuille avec des phrases dessus.

Ce que tu vas faire, c’est que tu vas la déchirer mais tu vas la déchirer avec énergie et intensité. Tu vas utiliser tes mains comme si elles étaient des griffes d’animal. Cela va te paraître un peu bizarre ce que je vais te demander de faire mais tu vas comprendre. Donc imagine ce papier et tu es bien énervé : tu écris tout ce qui t’énerve dessus. Tu vas déchirer cette feuille en petits morceaux, encore et encore et encore, en y allant à fond en intensité jusqu’au moment où, voilà, tout s’apaise et se relâche.

Là tu vas ressentir ce que ressentent les sportifs quand ils font une heure de sport sauf que toi tu l’as fait en 5 minutes si tu l’as fait avec intensité. L’idée, c’est de sortir la même intensité qu’un enfant de 5 ans qui aurait crié et hurlé, pour te donner une idée.

Si tu as de la colère et que tu es au bureau, tu peux te retrancher dans les toilettes. Tu répètes tant qu’il y a de la colère et s’il y a encore de la colère, tu reprends avec une autre feuille et tu le fais à fond en mettant toute ton énergie et toute ton intensité dedans : tu vas voir que ça va être très libérateur et très salvateur et tu n’auras fait de mal à personne et casser aucun objet et ça va te faire beaucoup de bien. Tu n’auras pas besoin de faire de sport.

Transformer la tristesse en joie

Et maintenant on va faire la même chose pour la tristesse. La tristesse ce n’est pas du tout la même énergie. Je pense que tu l’a remarqué, ce n’est pas du tout une énergie qui te donne l’envie de combattre ou qui te donne envie de t’énerver.

C’est plutôt une énergie qui te donne envie de revenir vers toi, de revenir à l’intérieur, de revenir finalement dans ton écologie intérieure. Et c’est ce que l’on va faire. C’est exactement le même principe que pour la colère.

Tu vas t’isoler, tu vas appeler cette émotion de tristesse et tu vas matérialiser cette feuille de papier ou tu prends une feuille de papier, puis tu vas écrire tout ce qui te rend triste. Tout ce qui passe dans ta tête sous forme de bavardage mental, tu vas absolument tout noter. Tu vas utiliser ta tristesse en lisant ligne après ligne ce que tu as écrit et tu vas voir que tu vas commencer à pleurer.

Pour les hommes c’est compliqué mais autorise-toi à pleurer, fais-le dans un petit endroit où tu peux être tranquille, où personne ne va te déranger car je sais qu’il peut y avoir de la honte ou de la culpabilité quand on se sent triste et que l’on pleure. Ce n’est pas ce que l’on a envie de montrer aux gens mais les émotions, c’est comme la météo, elle ne se sent pas coupable de donner de la pluie. Et tu sais ce que l’on dit : après la pluie vient le beau temps, et ta tristesse c’est comme la météo intérieure.

Tes émotions, c’est comme la météo à l’extérieur. Donc il peut faire beau, il peut y avoir de l’orage comme la colère, il peut y avoir de la pluie ou faire gris comme la tristesse, il peut y avoir de la tempête comme de la rage à l’intérieur de toi.

Nous sommes à l’image de la nature, ce n’est pas plus compliqué que ça. La nature elle s’autorise à changer sa météo et elle n’a pas de culpabilité, elle est parfaite. Tu n’as pas besoin d’avoir de la culpabilité ou de la honte, ce n’est que de l’orgueil mal placé. Alors, si tu n’arrives pas à désactiver et que tu ressens de la culpabilité ou de la honte, je te recommande de faire l’exercice du lâcher prise mental avec les mouvements oculaires que tu combines avec l’exercice d’aujourd’hui.

L’exercice pour la tristesse, on y revient. Tu prends cette feuille de papier et  tu vas lire à voix haute ou si tu ne peux pas, tu vas le lire à l’intérieur de toi. Tu vas lire chaque phrase et tu vas utiliser tes larmes comme pour effacer chaque ligne, chaque phrase qui te rend triste. Pour éviter la rumination mentale, il faut vraiment que tu associes les pleurs avec le fait d’effacer la ligne associée à ce qui te rend triste.

Je ne te demande pas de comprendre, je te demande de faire. Tu imagines dans ta tête que tu es en train d’enlever cette ligne de ta liste de la tristesse. Après tu regardes comment tu te sens, si tu te sens encore triste, continue à pleurer et à chaque fois associe tes larmes au fait que tu es en train de diluer et d’effacer la petite ligne que tu avais écrite par rapport à la tristesse.

Tant qu’il y a encore des pleurs avec cette ligne, c’est que ça n’est pas encore terminé. Tu vas faire ça pour chaque ligne, ça va durer deux à cinq minutes, peut-être dix minutes. La tristesse se vit à fond comme la colère tout à l’heure.

Lorsque c’est terminé, il va y avoir une opération un peu magique dans ton corps : toute cette vague de tristesse s’en va. C’est comme la météo, après la pluie vient le beau temps et l’apaisement arrive au niveau de ton cœur et au niveau de ton plexus et ça va mieux. Tu te sens plus léger quand ça arrive. Si tu n’accroches plus la tristesse, c’est que ça va et que pour l’instant c’est dégagé et tu peux passer à autre chose jusqu’à la nouvelle vague.

L’après transformation

Tu peux à nouveau être plus concentré par rapport à ce que tu as à faire dans ta vie de tous les jours ou tu peux tout simplement être un petit peu plus dans la joie à nouveau. Voilà, c’était le dernier exercice de cette semaine et je te rappelle que toutes ces choses là font partie de ma formation « Renforcement mental en 21 jours » et ça c’est juste un petit apéritif. Il y a vraiment beaucoup d’informations et elle est très dense. Si tu veux rejoindre le programme de formation, le lien est ici.

Le tarif préférentiel c’est jusqu’à lundi soir donc si tu veux rejoindre le programme de formation, n’hésite surtout pas et tu vas recevoir énormément. J’ai mis tout mon cœur dedans.

Si tu ne prends pas la formation, prends juste les exercices de cette semaine, tu les pratiques et tu verras que tu vas déjà améliorer ta qualité de vie. Je te souhaite une excellente journée et je te dis à la prochaine et peut-être de l’autre côté pour la formation.