Sélectionner une page

 

Salut c’est Sébastien, je suis ravi de te revoir, et aujourd’hui dans le cadre de la semaine consacrée à l’épuisement et au burn-out, je vais te fournir au fur et à mesure de l’avancée de la semaine, quelques exercices qui vont pouvoir agir sur certaines facettes de l’épuisement. Je vais immédiatement te donner un premier exercice qui va te permettre d’apaiser les charges mentales dans ta tête : lorsqu’on commence à avoir cette fameuse barre dans la tête, cette angoisse intérieure qui t’empêche d’être performant intellectuellement.

La concentration de la journée va être handicapée par cette barre, cette charge mentale, donc sois très vigilant. Je vais te donner un exercice qui va te permettre de prévenir l’apparition de cette charge qui se transforme bien souvent après en irritation émotionnelle et qui n’est pas quelque chose de très agréable à vivre. Cet exercice est issu de mon programme de formation, renforcement mental en 21 jours dont j’ai réalisé un podcast d’introduction en début de semaine. Si tu ne l’as pas encore écouté, je te conseille vivement de cliquer sur le lien.

Cet exercice, tu vas pouvoir le pratiquer n’importe où, que ce soit chez toi ou au bureau. Alors, si tu es au bureau je te conseille de t’isoler dans une pièce où tu ne seras pas dérangé ou simplement de t’isoler dans les toilettes. Cet exercice dure entre 2 et 5 minutes et va apaiser totalement le corps mental et te permettre de désacidifier ton cerveau.

En effet, ce qu’il faut comprendre, quand tu réfléchis intensément et que ton cerveau fonctionne fort, et bien il produit ce que l’on appelle de l’acide phosphorique. L’acide phosphorique n’est pas dérangeant en tant que tel, car c’est un acide normalement libéré par l’activité mentale lorsqu’elle est intense. Le problème, c’est quand il se met à stagner dans la tête et qu’il n’y a plus assez de ressources dans l’organisme pour évacuer cet acide. Celui-ci va s’accumuler et c’est ce qui va te rendre nerveux et dans l’incapacité de te concentrer, de prendre de bonnes décisions, de descendre dans une spirale descendante.

C’est un exercice de respiration qui n’a rien à voir avec la cohérence cardiaque car il exerce un rôle beaucoup plus puissant. La cohérence cardiaque, quand elle est pratiquée, a pour effet de relaxer le corps physique en passant du système sympathique (=stress) au système parasympathique (=relaxation).

Le problème, lorsque tu es au travail, c’est que tu n’as pas forcément besoin d’être relaxé car le but est d’avoir l’adrénaline pour pouvoir gérer efficacement les tâches. Je te propose un exercice de respiration qui s’appelle l’exercice de la vague. Cet exercice est très puissant et il va te permettre de réaliser un vidage mental, un « flush » mental sans pour autant te mettre dans un état de relaxation.

Au contraire, tu vas te sentir immédiatement bien, d’attaque, à réaliser des tâches quotidiennes, tout en étant tranquille à l’intérieur de toi.

Ta tête deviendra beaucoup plus claire, beaucoup plus alerte, et tu seras ainsi beaucoup plus concentré sur ton environnement. Alors, si tu ressens des inconforts dans ta tête, que tu pressens l’arrivée d’une migraine, que tu ressens la fabrication de cette barre mentale, immédiatement il te faut pratiquer cet exercice de la vague.

Pratique de l’exercice

Cet exercice se pratique assis, quand tu n’en as pas l’habitude. Sinon, il peut également se pratiquer couché si tu es chez toi. Tu vas te tenir droit, et tu vas démarrer par une respiration ventrale. Lorsque tu commences à être irrité émotionnellement, en général, la respiration devient courte et ne s’effectue plus qu’au niveau thoracique. Il faut donc que tu prennes l’habitude de respirer avant tout par le ventre, d’autant plus que le ventre est relié au système émotionnel et plus tu mets de la conscience dans ton ventre, en te focalisant dessus, plus tu vas connecter ton système émotionnel. Cela te permettra d’imprégner avec ta conscience tes émotions, et de pouvoir, dans les exercices qui suivront, les libérer.

Donc, si tu ne sais pas bien respirer au niveau du ventre, tu peux t’aider en faisant ressortir ton ventre tout en te relâchant, tu te détends avec le ventre tendu, en posant une main sur ton ventre, et l’autre main sur ta cage thoracique. Ces mains posées vont te permettre de prendre conscience du mouvement respiratoire lorsque tu vas réaliser les inspirations et les expirations.

L’idée, c’est de propulser depuis le ventre jusque dans les épaules, le long de la colonne vertébrale, tout l’oxygène que tu vas inspirer au maximum. On va faire ce que l’on appelle une sur-oxygénation pour que cela puisse arriver un maximum à ton cerveau. Donc tu démarres le ventre sorti, tu te tiens comme si tu étais un peu apathique, et tu vas te redresser tout en inspirant. Tu vas voir que l’air contenu dans ton ventre va remonter, comme une espèce de vague, jusque dans ta cage thoracique.

Une fois que la respiration est au niveau de la cage thoracique, tu peux continuer à inspirer encore davantage, tu peux t’aider en redressant les épaules en arrière et monter ta tête en regardant le ciel. Tu inspires encore davantage comme si tu faisais monter tout cet oxygène le plus haut possible jusqu’à ton cerveau. Une fois que tu es au maximum de ton inspiration, tu gardes quelques secondes cette inspiration maximale, puis tu relâches tout, comme si tu étais un ballon qui se dégonfle.

Fais ce mouvement une vingtaine de fois : l’objectif est d’éprouver de petits vertiges très légers, puis de petites sensations de picotements. Tant que tu n’as pas ces symptômes, tu peux continuer le mouvement. Les petits picotements vont se manifester dans ton corps, c’est un signe qu’il faut que tu arrêtes l’exercice. Puis, tu vas dissoudre ces picotements en bougeant, un peu comme lorsque tu as la sensation d’avoir des fourmis dans les jambes quand tu as trop longtemps laissé les jambes croisées. L’idée, c’est de bouger pour que cela passe plus vite.

S’oxygéner pour désacidifier

Ces picotements, c’est l’acide phosphorique contenu dans ton cerveau qui vient de se mélanger dans le sang avec l’action de l’oxygène. Tu as sur-oxygéné ton organisme et l’oxygène est le premier moyen de le désacidifier rapidement. Donc voilà, lorsque les picotements apparaissent, tu bouges ton corps jusqu’à ce qu’ils soient diffusés et éliminés. Si tu as le tournis, tu respires à nouveau normalement et tu attends simplement que cela passe. Ne va pas trop dans tes limites, car si ta tête tourne trop, tu risques de basculer de ta chaise, c’est d’ailleurs pourquoi cet exercice se pratique assis ou couché.

Attends quelque seconde, ou quelques minutes, et regarde comment tu te sens. Normalement, tu devrais avoir gagné en clarté d’esprit, en concentration, et la sensation de lourdeur dans la tête devrait avoir disparu. Tu devrais normalement te sentir beaucoup plus tranquille, beaucoup plus en paix, si c’est le cas alors tu peux arrêter là l’exercice. Si tu sens qu’il y a encore quelque chose, reprends l’exercice pendant une vingtaine d’inspirations et d’expirations. Lorsque cette sensation de flottement apparaît, un peu comme si tu avais bu de l’alcool, c’est que la désacidification fait son œuvre.

Si tu vas vraiment trop loin dans tes limites, cela peut arriver de perdre conscience, je ne te le conseille pas, ce n’est pas ce que l’on recherche. De mon côté, avec l’entraînement, j’évacue très rapidement l’acide phosphorique même lorsque j’ai une journée très intense et stressante. Ces petits tremblements, ces petits picotements, ces petits vertiges, n’ont rien d’alarmant, cela veut juste dire que tu réagis à l’exercice. C’est bon signe, ton corps se désacidifie.

Alors tu sais, aujourd’hui, on parle beaucoup de régime détox, alors que l’oxygène est le meilleur moyen pour faire cela. C’est à la fois simple et gratuit. L’oxygène arrive très rapidement dans le sang alors qu’un bol alimentaire doit d’abord être digéré, puis le produit de cette digestion doit être utilisé par ton foie. Son contenu, s’il n’est pas dégradé ou utilisé en premier lieu par ton foie, arrivera peut-être à engendrer une détox au niveau de ton cerveau.

L’oxygène est bien plus rapide, il passe immédiatement dans ton sang grâce à la sur-oxygénation. Voilà, je te conseille de pratiquer très régulièrement cet exercice. Sois vigilant dès que tu manifestes le moindre symptôme dans ta tête qui te fait perdre ta concentration, ta vigilance, ton bien-être. Si tu veux aller plus loin, je t’ai préparé un audio, c’est un podcast que j’ai fait à l’occasion de la sortie de la formation, renforcement mental en 21 jours, dont fait partie cet exercice.

Tu vas retrouver d’autres exercices courant de la semaine, et tu peux d’ores et déjà me rejoindre de l’autre côté dans ton espace de formation. Allez, je te souhaite plein de bonnes choses, passe une très bonne journée, je te dis à la prochaine.